Que faire avec vos enfants à Paris ?

Wondercity rencontre Elodie Imbeau à propos de l'exposition Jacques Demy

Publié le 29/04/13 par Wondercity

Wondercity rencontre Elodie Imbeau à propos de l'exposition Jacques Demy

Du 10 avril au 4 août 2013, la Cinémathèque française accueille l’exposition « Le monde enchanté de Jacques Demy » qui devrait ravir les petits et les grands. Wondercity a demandé à Elodie Imbeau, responsable des activités Jeune Public hors-temps scolaire, de nous présenter l’exposition. Venez à la rencontre du réalisateur qui a toujours gardé son âme d’enfant, de la fée des Lilas, la marraine de Peau d’Âne aux Demoiselles de Rochefort, l'exposition vous fera voyager dans son univers. Elodie Imbeau parle également des ateliers et des stages pour les plus jeunes. Une belle occasion pour les enfants comme pour les parents de découvrir ou de redécouvrir les films de Jacques Demy !

L’exposition « Le monde enchanté de Jacques Demy » a démarré le 10 avril et rencontre un vif succès. Comment est née l’idée de faire une exposition sur Jacques Demy ?

C’est une idée qui vient de Serge Toubiana, le directeur de la Cinémathèque. L’enjeu était, je pense, d’entrer dans l’univers si particulier de Jacques Demy, de découvrir son parcours de film en film mais aussi ses influences puisées dans la peinture ou le cinéma. Cette exposition propose à la fois un voyage dans le temps, dans les films et dans différents lieux. On part de Nantes, ville où Jacques Demy a grandi et décor de son premier long métrage, Lola, puis Cherbourg, Rochefort, on traverse l’Atlantique pour un petit tour à Los Angeles, puis c’est la forêt enchantée de Peau d’âne. L’exposition s’est élaborée en collaboration avec CinéTamaris, la société de production des films de Jacques Demy et d’Agnès Varda, leurs enfants Rosalie Varda et Matthieu Demy et c’est Matthieu Orléan qui en a été le commissaire. C’est lui qui avait déjà été le commissaire des précédentes expositions proposées à la Cinémathèque autour des cinéastes Dennis Hopper ou Pedro Almodovar.

L’univers de Jacques Demy vous a-t-il aidé à adapter l’exposition aux jeunes publics ?

Très tôt, les enfants rencontrent les films de Jacques Demy. Les Demoiselles de Rochefort et Peau d’âne, sont font partis des films proposés le cadre d’Ecole et cinéma, ainsi que Jacquot de Nantes, le film d’Agnès Varda qui raconte l’enfance de Jacques Demy et sa passion grandissante pour le cinéma.
Pensant que les enfants seraient nombreux à vouloir découvrir cette exposition, nous avons voulu les y aider. Pour la première fois, il y a un itinéraire qui s’adresse à eux dans l’exposition. Des petits textes signalés par la silhouette de la fée des Lilas, la marraine de Peau d’Ane pointent des éléments importants. A plusieurs moments, ils trouveront des bornes interactives présentant les pages jeunes publics de l’application Ipad conçue pour l’exposition. Enfin, un petit document tout rose reprend le parcours de l’exposition et propose de chanter avec les sœurs jumelles.

Quels regards les enfants portent-ils sur les films de Jacques Demy ?

Je crois que ses films font partie de ceux que les enfants aiment voir en boucle. Les grands thèmes de ce cinéma parlent à tout le monde : la recherche du prince charmant, les princesses, les chansons…En grandissant, les enfants voient et revoient les films, comprennent de nouvelles choses, des jeux de mots, des références à la guerre et ils commencent aussi à voir le noir sous le rose.

Vous proposez des visites contées, des ateliers et des stages pour les enfants. Pouvez-vous décrire succinctement ces trois activités ?

Nous travaillons avec Julien Tauber, qui est conteur depuis la première exposition à Bercy. Et les visites contées qu’il invente nous surprennent toujours. Cette fois, il s’est associé à Sami Hakimi et il nous entraîne à la rencontre de Marcel dont la vie bascule suite au passage dans sa ville de l’équipe de tournage des Demoiselles de Rochefort. La visite contée donne toujours un éclairage très surprenant sur les expositions.
Les ateliers Kinokids sont des moments de visites spécialement adaptés aux enfants et suivis d’un petit temps d’atelier durant lequel les enfants fabriquent leur catalogue en collant des images qu’ils ont croisées dans l’exposition.
Les stages pendant les vacances vont permettre d’explorer Peau d’âne et d’en donner une nouvelle version.

Quels sont les ateliers les plus prisés par les enfants et qui rencontrent un succès ?

Pour l’instant, ce n’est que le début de l’exposition, je pourrais vous répondre plus tard. Mais les ateliers de la Cinémathèque sont très vite complets, parce que, pour faire des expérimentations pratiques intéressantes nous avons besoin de nous adresser à un petit nombre d’enfants à chaque fois. Pour l’exposition Demy, nous avons doublé nos activités pour pouvoir accueillir plus de monde tout en conservant les meilleures conditions possibles.

Quels sont les prochains projets que la Cinémathèque française souhaite développer pour les enfants ?

Tout au long de l’année, les enfants peuvent venir voir des films à la Cinémathèque, le mercredi et le dimanche en début d’après-midi. Les ateliers du week-end et les stages sont également proposés aux enfants à partir de 3 ans et jusqu’au collège. Même les lycéens ont leur ciné-club tous les mercredi soirs. La porte de la cinémathèque leur est toujours ouverte et aujourd’hui, ils le savent bien et viennent en groupes ou avec les parents très régulièrement. L’année prochaine, nous préparons l’anniversaire de Charlot, il aura 100 ans en 2014 ! Une grande exposition au printemps sera consacrée à Henri Langlois, le fondateur de la Cinémathèque française et nous espérons que les enfants seront curieux de découvrir ce drôle de monsieur qui constitué la collection de la Cinémathèque.



Photo crédit Anne Charvin ©cinémathèque française.