Que faire avec vos enfants à Paris ?

Wondercity rencontre Florian Deleporte du Studio des Ursulines à l'occasion de Mon Premier Festival

Publié le 02/11/12 par Wondercity

Wondercity rencontre Florian Deleporte du Studio des Ursulines à l'occasion de Mon Premier Festival

Du 31 octobre au 6 novembre 2012, aura lieu la huitième édition de "Mon Premier Festival", un festival de cinéma entièrement dédié au jeune public dès l'âge de 18 mois. L'objectif de cet évènement est d'éveiller le regard et la curiosité des plus petits pour le cinéma, en proposant une approche ludique et pédagogique du septième art. A cette occasion nous rencontrons Florian Deleporte, directeur et programmateur du Studio des Ursulines, l'une des 10 salles de cinéma Art et Essai de la capitale qui participe à l'événement. Il nous éclaire sur ce festival pas comme les autres et nous parle du 7ème Art vu par les enfants !

Le Studio des Ursulines propose depuis de nombreuses années une programmation cinématographique pointue et exigeante à l'attention du jeune public, pouvez-vous nous expliquer pourquoi et dans quel but ?

Cela fera effectivement bientôt dix ans que le Studio des Ursulines est devenu un cinéma spécialisé dans l'Art & Essai destiné au jeune public, d'abord sous l'impulsion de l'ARP (les Auteurs Réalisateurs Producteurs, qui possèdent le Cinéma des Cinéastes) et de la Mairie de Paris.

La volonté première qu'était l'éducation des regards est restée toujours aussi vivace, voire s'est amplifiée avec les années. Nous espérons, par nos choix de programmation, amener les jeunes spectateurs à appréhender le monde avec un regard éveillé. Nous essayons de leur permettre d'apprécier des oeuvres que leurs parents ou eux-mêmes n'auraient pas spontanément choisies, souvent par un manque de notoriété du film faute de moyens publicitaires, ainsi que leur donner le recul nécessaire au décryptage des images dont ils sont abreuvés à longueur de journée.

Comment sélectionnez-vous les films pour enfants ?

Concrètement, nous choisisissons des films que nous pouvons montrer aux enfants, plus que des films "pour enfants". Cela n'a l'air de rien, mais la nuance est énorme. Le choix du film se porte donc d'abord sur ses qualités premières, de narration, d'interprétation, d'animation (pour les films d'animation), de réalisation, etc. Ce qui nous importe est d'avoir ce que nous estimons être un bon film, que nous aurons envie de porter, d'accompagner.

Après se pose la question de l'âge auquel il peut être montré ; nous nous adressons aux jeunes de la petite section de maternelle au lycée, et les films ne sont évidemment pas les mêmes. Le choix s'impose aussi à nous, parfois, puisque nous sommes un cinéma d'exclusivité et programmons les films en sortie nationale : il peut donc nous arriver d'être dépassés par une avalanche de sorties (comme en cette fin d'année, pour laquelle nous avons été contraints de faire l'impasse sur certains films) puis quelques mois plus tard de devoir composer avec une indigence d'actualité redoutable (pendant les beaux jours).

Vous proposez souvent des animations autour des projections, comment se déroulent-elles ?

C'est très variable et cela dépend beaucoup de l'animation en question. Certaines se déroulent avec les enfants encore dans la salle (quizz, ateliers fabrication d'un Capelito en pâte à modeler, séances déguisées, débats quand ce sont des plus grands, ...), d'autres dans le hall (fabrication de masques ou d'affiches, grattage sur pellicule, ateliers enluminures, goûters, ...)

Quel regard portez-vous sur les enfants et leurs aptitudes à apprécier le 7ème Art ? Un de vos meilleurs moments avec eux ?

Une fois encore, cela dépend beaucoup de l'âge : une première séance avec le programme de courts métrages Les Contes de la Mère Poule et un débat après Les Yeux Sans Visage, de Georges Franju, ne font pas appel aux mêmes regards et aptitudes ! De même, les bons moments sont variables et tous aussi agréables, cela peut être : débattre de ce qu'est l'Art et Essai et parler de l'anneau de Gygès avec des CM1 après une projection de l'Homme Invisible, de James Whale, comme d'assister à une sortie de salle de Mon Voisin Totoro, de Hayao Miyazaki, avec des enfants se tenant par la main et chantant à tue-tête la chanson du générique de fin.

Quels sont en général, les films qui rencontrent le plus de succès auprès des enfants ?

Souvent les films drôles et un peu impertinents, qui les flattent en ne les prenant pas pour des imbéciles. Les belles histoires, qui sont parfois dures mais ont une belle fin. Certaines fables écologiques et poétiques (Hayao Miyazaki, ou très récemment Les Enfants Loups, de Mamoru Hosoda). Mais en réalité, ils peuvent apprécier des films tellement différents qu'il est difficile de tirer des généralités. Disons que pour les plus jeunes, on a peu de chances de se tromper en leur montrant la Petite Taupe, de Zdenek Miler, ou Mon Voisin Totoro...

Quels sont vos prochains projets concernant le jeune public ou que souhaiteriez vous imaginer et réaliser pour les enfants ?

Nous sommes dans une bonne dynamique depuis quelques années, et pour l'instant nous nous préoccupons plus de la pérennisation de nos actions que du développement pur, qui était plus à l'ordre du jour les années précédentes. Cela dit, je puis vous assurer que l'imagination de Mélanie, ma collègue médiatrice culturelle, est sollicitée à chaque sortie lorsqu'il s'agit de développer des animations d'accompagnement et/ou de rédiger un dossier pédagogique autour d'une sortie nationale, voire autour d'un film de dispositif scolaire.

Enfin, quels sont vos derniers coups de cœur et quels sont les films qu'il faut absolument voir pendant Mon Premier Festival ?

Mes derniers coups de coeur en matière de cinéma jeune public ? assurément Ernest et Célestine et Little Bird, tous deux présentés en avant-première lors du festival, et sortant respectivement les 12 décembre et 21 novembre prochains. Quant aux films à voir pendant le festival, en dehors des Ursulines, peut-être Brendan et le Secret de Kells, de Tomm Moore et Nora Twomey ou Paï, de Niki Caro, ou encore le concert de l'orchestre Kosmofony autour de Pierre et le Loup, de Suzie Templeton. Et les Miyazaki, bien sûr !